FANDOM


Antiques parchemins des Dwemers, vol. 1-A


La rançon de Zarek, vol. 1Modifier

Par Marobar SulModifier

Jalemmil se tenait dans son jardin et lisait la lettre que sa servante lui avait apportée. Le bouquet de roses parfumées qu'elle tenait dans sa main tomba au sol. L'espace d'un instant, on eut cru que les oiseaux avaient cessé de chanter et qu'un nuage avait obscurci le ciel. Son paradis conçu et soigné avec amour semblait brusquement envahi par les ténèbres.


« Nous tenons votre fils », disait la lettre. « Nous prendrons contact avec vous sous peu pour fixer la rançon. »


Zarek n'était jamais allé plus loin qu'Akgun. L'un de ces bandits de grands chemins, un Orque probablement – à moins que ce ne fut l'un de ces maudits Dunmers – avait sûrement repéré son carrosse avant de le prendre en otage. Jalemmil s'agrippa à un arbre pour ne pas défaillir et se demanda si son fils avait été blessé. Ce n'était qu'un étudiant, qui n'était pas de taille à affronter des hommes bien armés. Avait-il été battu ? Son coeur de mère ne pouvait souffrir cette idée.


« Ne me dis pas qu'ils ont envoyé la demande de rançon si vite », lança une voix familière, alors qu'un visage connu apparut derrière la haie. C'était Zarek. Jalemmil courut le prendre dans ses bras, des larmes ruisselant sur son visage.


« Que s'est-il passé ? gémit-elle. Je croyais que tu avais été enlevé.


- C'est vrai, dit Zarek. Trois énormes Nordiques ont attaqué le carrosse au col de Frimvorn. Des frères, à ce qu'il paraît, nommés Mathais, Ulin et Koorg. Tu aurais dû voir ces hommes, mère. Aucun d'eux ne serait passé par la grande porte, je t'assure.


- Que s'est-il passé ? s'enquit-elle de nouveau. Quelqu'un t'a-t-il sauvé ?


- J'ai pensé attendre du secours, mais je savais qu'ils avaient envoyé une demande de rançon et que cela te causerait une grande souffrance. Je me suis alors rappellé les paroles de mon mentor à Atgun, qu'il fallait rester calme, observer les environs et étudier les faiblesses de l'ennemi, dit Zarek en souriant. Il m'a fallu du temps. Ces hommes étaient de vrais monstres, mais quand je les ai entendu se vanter, je me suis aperçu que leur faiblesse était la vanité.


- Alors, qu'as-tu fait, mon fils ?


- Ils m'ont retenu captif dans leur camp, dans les bois, non loin de Cael, sur un tertre surplombant une large rivière. L'un deux, Koorg, dit aux autres qu'il leur faudrait une bonne heure pour traverser la rivière à la nage. Les autres opinaient du chef quand j'ai pris la parole.


- Moi, je serais capable de faire l'aller-retour en moins d'une demi-heure, déclarai-je.


- Impossible, rétorqua Koorg. Je peux nager bien plus vite qu'un avorton dans ton genre.


- Nous avons donc convenu de plonger de la falaise, nager jusqu'à l'île et revenir. En chemin, Koorg crut bon de me donner une leçon de natation. De l'importance de la synchronisation des mouvements des bras et des jambes pour optimiser sa vitesse. Il me dit qu'il était essentiel de respirer seulement après trois ou quatre mouvements mais pas trop souvent pour ne pas se ralentir ni trop rarement pour ne pas s'essoufler. J'acquiesçai à tout ce qu'il me disait. Puis nous avons plongé de la falaise. J'ai réussi à atteindre l'île et à en revenir en un peu plus d'une heure, mais Koorg n'est jamais revenu. Il s'est fracassé le crâne sur les rochers au pied de la falaise. J'avais remarqué les ondulations significatives des rochers sous-marins et j'avais choisi de plonger du côté droit.


- Mais tu es revenu ? demanda Jalemmil, étonnée. Tu n'en as pas profité pour t'échapper ?


- Non, c'était bien trop risqué de se sauver à ce moment-là, répondit Zarek. Ils auraient pu me rattraper facilement, et je n'avais nulle envie d'être tenu pour responsable de la disparition de Koorg. J'ai raconté que je ne savais pas ce qui lui était arrivé et après l'avoir recherché pendant un certain temps, ils pensèrent qu'il avait oublié la course et qu'il avait rejoint la rive pour chercher de la nourriture. Ils ne voyaient pas quel rôle j'aurais pu jouer dans sa disparition puisqu'ils m'avaient regardé tout le temps que je nageais. Les deux frères installèrent leur campement le long de la falaise, un lieu idéal pour m'empêcher de m'évader.


« L'un d'eux, Mathais, se mit à disserter sur la qualité du sol et la pente graduelle du roc entourant la baie située en aval. Il prétendait que c'était là le terrain idéal pour une course à pied. Comme j'exprimais mon ignorance sur cet exercice, il se mit à m'expliquer la technique de course. Il faisait d'affreuses grimaces, montrant comment il fallait inspirer par le nez et expirer par la bouche, comment plier correctement les genoux en montant, et insistait sur l'importance du placement du pied. D'après lui, pour gagner, il était primordial de garder un rythme soutenu tout en se ménageant. Il disait que c'était très bien de rester à la deuxième place pendant la course, à condition d'avoir la volonté et la puissance pour l'emporter à la fin. »


« Comme je me montrais enthousiaste, Mathais décida que nous devrions faire une petite course le long de la baie avant la tombée de la nuit. Ulin nous demanda de rapporter du bois pour faire du feu. Nous sommes donc descendus, en évitant la falaise. J'ai suivi les conseils qu'il m'avait prodigués sur la respiration, l'allure et la position des pieds, mais j'ai tout de suite couru de toutes mes forces. Malgré ses longues jambes, j'étais devant lui après le premier virage. »


« Avec ses yeux vissés dans mon dos, Mathais ne vit pas la faille dans le roc que je traversai en sautant. Il tomba droit dedans sans avoir eu le temps de pousser un cri. Après quelques minutes passées à ramasser des branches, je retournai auprès d'Ulin. »

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard