FANDOM


Par Yasra al-Ash'abah

Pierres de sable et marécages…

Le seigneur liche de Gidéon enfin vaincu, je partis vers le nord, traversant Fort-tempête pour un dernier adieu aux Hist et à leurs enfants avant de quitter leur sinistre marécage. Pour ma toute première nuit dans le sud de Morrowind, je campai au milieu d'une grande forêt fongique.

Tandis qu'un nix fraîchement chassé rôtissait sur mon feu, je remarquai quelque chose dans les pierres et le sable près de mon campement. Plusieurs gros rochers se tenaient au loin, soulevés par des mains inconnues, certainement des siècles auparavant. Le plus gros, qui était aussi le plus proche, me pousse à écrire ces lignes.

Enfant, Père me mena aux écuries du seigneur Aswala pour payer les impôts de notre tribu et soutenir les regards des Proscrits. En chemin, nous fûmes pris dans une grande tempête de sable, et nous abritâmes dans une caverne.

« Ma fille, va chercher de l'eau dans la caverne, comme je te l'ai appris. »

Avec quelques paroles d'assentiment, j'entrai dans la caverne. D'eau, je n'en trouvai point. Mais je découvris quelque chose de grand, dans une immense caverne ouverte, loin sous les écuries.

Au centre se trouvaient de grandes pierres où l'on avait gravé d'étranges paroles. J'eus l'impression de les entendre m'appeler. Je tendis la main et touchai la pierre. Alors, une main se posa sur ma bouche, étouffant mon cri et me coupant la respiration jusqu'à ce que je m'évanouisse.

Je m'éveillai après quelques heures et vis Père, les yeux vidés de leur joie coutumière.

« Ma fille, nous devons quitter ces lieux, il en viendra d'autres. » Père ne m'apprit jamais ce qu'il était advenu de mes assaillants. Les taches sur ses vêtements m'évoquaient un sort funeste.

« Mais, Père… et ces pierres ? Ces symboles ? »

« Cet endroit respire le blasphème et la démonologie. Regarde. Cette écriture, c'est la langue obscure des Daedra. Il y est écrit… Havreglace. »

Alors imaginez ma surprise, ô lecteur, lorsque je contemplai la pierre de Morrowind à la lueur de mon feu de camp, le ventre plein de nix chaud, et vis des mots écrits dans la même langue noire. Les mêmes mots que j'avais vus enfant, sur le même genre de pierre.

« Havreglace appelle. Nirn obéit. »

« Havreglace appelle. Nirn obéit. »



Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard