FANDOM


Par Baloth-Kul

Drame en un acte

Dramatis Personae :

Clavidès, capitaine de la garde impériale, Cyrodiléen.

Anara, servante dunmer.

Ullis, lieutenant de la garde impériale, Argonien.

Zollassa, jeune mage argonienne.

Acte Ier

Tard le soir. L'acte s'ouvre sur l'intérieur du grand hall d'entrée d'un château à Scath Anud, décoré de tapisseries et de meubles. Seules des torches éclairent les lieux. Au centre de la scène, au fond, se dresse une imposante porte de fer, l'entrée principale du château. L'escalier qui mène à l'étage supérieur jouxte cette porte. Sur la gauche de la scène, on voit la porte de la bibliothèque qui est actuellement close. Sur la droite de la scène, une armure de sept mètres de haut, qui atteint presque le plafond. Bien que personne ne soit visible, on entend le chant d'une femme provenant de la bibliothèque. Un coup sourd qui cogne contre la porte de fer interrompt son chant. La porte de la bibliothèque s'ouvre et ANARA, une banale servante, en sort pour aller ouvrir la porte principale. CLAVIDÈS, un charmant jeune homme en tenue impériale se tient à l'entrée.

ANARA : Bonsoir à vous, seigneur.

CLAVIDÈS : Bonsoir. Votre maître est-il présent ?

ANARA : Non, seigneur, je suis seule ici. Mon maître, le professeur telvanni Hordalf Xyr, séjourne dans sa propriété hivernale. Puis-je vous être utile ?

CLAVIDÈS : C'est possible. Me permettez-vous d'entrer ?

ANARA : Bien sûr, seigneur. Entrez, je vous prie. Puis-je vous proposer un verre de flin ?

Clavidès entre dans le hall et jette un œil alentour.

CLAVIDÈS : Non, merci. Quel est votre nom ?

ANARA : Anara, seigneur.

CLAVIDÈS : Anara, quand votre maître a-t-il quitté Scath Anud ?

ANARA : Il y a plus de quinze jours. C'est pour cela que je suis la seule au château, seigneur. Tous les autres serviteurs et esclaves accompagnent mon maître. Vous semblez soucieux ?

CLAVIDÈS : Oui, en effet. Connaissez-vous un Cendrais du nom de Sul-Kharifa ?

ANARA : Non, seigneur. Ce nom ne m'évoque rien.

CLAVIDÈS : Alors vous ignorez certainement qu'il est mort. On l'a découvert il y a quelques heures, agonisant de froid dans les Terres de cendres. Il était hystérique, presque inintelligible, mais nous sommes parvenus à décrypter les mots « château » et « Xyr » à son dernier souffle.

ANARA : Mourir de froid en plein été dans les Terres de cendres ? Plutôt étrange. Il est possible que mon maître l'ait connu, mais cet étranger étant un Cendrais et mon maître appartenant à la maison Telvanni, je doute, mon seigneur, qu'ils se soient liés d'amitié.

CLAVIDÈS : C'est la bibliothèque de votre maître ? Puis-je y jeter un coup d'œil ?

ANARA : Je vous en prie, seigneur, explorez où bon vous semble. Nous n'avons rien à cacher. Nous sommes de loyaux sujets de l'empire.

CLAVIDÈS : Comme tous les Telvanni, d'après ce que j'ai entendu.

(Note d'interprétation. Cette réplique doit être déclamée sans la moindre pointe de sarcasme. Le rire des spectateurs est inévitable, cela se produit toujours quelle que soit la tendance politique des gens.)

Clavidès entre dans la bibliothèque et examine les livres.

CLAVIDÈS : La bibliothèque a besoin d'un bon dépoussiérage.

ANARA : Oui, seigneur. J'étais justement en plein nettoyage quand vous avez frappé à la porte.

CLAVIDÈS : Je vous en sais gré. Si vous aviez terminé votre tâche, je n'aurais pas pu remarquer une trace dans la poussière indiquant qu'un gros livre a récemment été enlevé. Votre maître est un mage, semble-t-il.

ANARA : Non, seigneur. Il étudie beaucoup la magie, mais il ne jette aucun sort, si c'est ce que vous entendez par mage. C'est un kena, un professeur, qui a fait des études. Vous savez, en y songeant, je sais ce qui est arrivé à ce livre. Un des autres kenas du collège est passé hier, il a emprunté deux livres. C'est un ami du maître, alors je n'y ai vu aucun inconvénient

CLAVIDÈS : Ce kena, s'appelle-t-il Warvim ?

ANARA : C'est possible. Je ne m'en souviens pas.

CLAVIDÈS : Un individu du collège est suspecté de nécromancie. Il se nomme Kena Warvin, nous l'avons arrêté la nuit dernière. Nous ignorons ce qu'il faisait au collège, mais ses activités étaient certainement illicites. Est-ce le kena qui a emprunté le livre ? Un petit individu, un infirme avec une patte atrophiée.

ANARA : Non, seigneur, ce n'était pas le kena d'hier. C'était un individu imposant dont les jambes paraissaient tout à fait en état de marche.

CLAVIDÈS : Il va falloir que je jette un coup d'œil au reste de la maison, si cela ne vous fait rien.

Clavidès monte l'escalier et dit ce qui suit alors qu'il est à l'étage et dans les chambres du premier. Anara continue à s'occuper en bas et déplace un banc près de l'armure, afin de nettoyer le sol.

ANARA : Seigneur, puis-je vous demander ce que vous cherchez ? Je pourrais vous être utile ?

CLAVIDÈS : Sont-ce là toutes les chambres du château ? N'y a-t-il pas de passages secrets ?

ANARA (rire) : Oh ! Seigneur, pourquoi mon maître Hordalf Xyr emprunterait-il des passages secrets ?

CLAVIDÈS (tout en examinant l'armure) : Votre maître est un homme de grande taille.

ANARA (rire) : Oh ! Seigneur, ne vous gaussez pas. Cette armure géante sert seulement à décorer. Mon maître a tué ce géant il y a dix ans et il garde ce trophée en souvenir.

CLAVIDÈS : C'est vrai, je me souviens d'avoir entendu cette histoire quand j'ai été nommé à mon poste dans la région. C'est un certain Xyr qui a tué le géant, mais je ne me souvenais plus qu'il se nomme Hordalf. Ma mémoire défaille, on dirait. Quel était le nom du géant ?

ANARA : Je crains de ne pas m'en souvenir, seigneur…

CLAVIDÈS : Moi, je m'en souviens. Il se nommait Torfang. « J'ai jailli du bouclier de Torfang. »

ANARA : Je ne comprends pas, seigneur. Le bouclier de Torfang, dites-vous ?

Clavidès descend l'escalier en courant et examine l'armure.

CLAVIDÈS : Sul-Kharifa a évoqué le bouclier de Torfang. Je croyais qu'il divaguait…

ANARA : Mais il n'y a pas de bouclier, seigneur.



Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard