FANDOM


Étant une fidèle reproduction des pensées conservées par la Pierre mémorielle de Makéla Léki, retrouvée dans le col de Bangkoraï, en l'année 1E 973. Sept ans avant la chute d'Orsinium, sous les assauts combinés des armées de Daguefilante, Sentinelle et de l'ordre de Diagna.

Tout ce récit ou presque est à la première personne, car Makéla n'était peu familière des protocoles et formalités académiques d'un enregistrement de pierre mémorielle. Quoi qu'il en soit, son héroïsme et ses actes héroïques lui survivent, ses souvenirs conservés dans la pierre afin que chacun puissent les entendre.

« … Muu uhh, je me demande si cela va vraiment fonctionner.

Sinon, le mage m'a détroussée de 25 000 couronnes d'or. Imaginez un peu. Cette pierre va enregistrer mes pensées ? Que m'a-t-il dit, déjà ? La déballer de son papier d'argent et de sa bourse de cuir, et dès qu'elle touchera ma peau, elle commencera à emmagasiner.

Aaah, la douleur. Je dois la repousser, l'enfermer. Personne ne voudra tenir ma pierre et écouter mes pensées si je lui laisse enregistrer ma douleur. Grâce à l'entraînement que j'ai reçu dans le Palais des Vertus de la Guerre, je suis capable d'isoler entièrement cette douleur. Ummmm, juste… Ah, voilà. Elle est loin de moi.

Oui, je la vois encore, rôder juste en lisière de ma conscience, comme un loup autour du feu. Un loup qui sous peu me dévorera. Je vois aussi ma mort inévitable, de ces maudites blessures. Il ne me reste plus de potion, le cristal et l'anneau de soins sont épuisés, et moi, qui n'ai jamais eu assez de magie pour allumer une bougie. Oh, mais les dieux m'ont donné d'autres talents, le talent des chante-lames, le frisson de la bataille, le livre des cercles de Frandar Hundling, LA VOIE DE L'ÉPÉE. Ah, mais cela, c'est toute mon histoire. Je m'emporte.

Je suis Makéla Léki : guerrière, chante-lame, Anseï du second niveau. Dès mon berceau, je pouvais former la Shéhaï, l'épée spirituelle. La lame mystique, et la mienne était formée de serpents de pure pensée entrelacés d'épines de rose pour former sa lame, aussi belle que…

Ah, mais je vais bientôt vous en parler, je vais vous raconter mon histoire, une histoire de vaillantes batailles, de mes amours, de mes guerres, de la trahison et de cette derrière victoire glorieuse. Je vais vous raconter comment j'en arrivai à ce col isolé, seule avec mes cinq compagnes, pour combattre ces hommes et ces monstres, pour vaincre l'armée qui allait s'abattre sur mon peuple comme autant de lâches dans la nuit. Mais là encore, je m'emporte.

Je ne suis qu'une simple guerrière. Je grandis parmi les Sœurs de l'épée spirituelle. Aussi tôt que je me rappelle, je voulais devenir Chante-lame, sentir la faim de ma lame entre mes mains, la sentir prendre vie et faucher mes ennemis. On m'a dit que notre peuple avait été un peuple de poètes et d'artisans, dans notre immémorial foyer désertique. Ici, dans mon nouveau foyer que l'on appelle aujourd'hui Martelfell, nombre d'entre nous ont retrouvé ces arts anciens, mais pour moi, il n'est qu'une seule VOIE. LA VOIE DE L'ÉPÉE.

Ah, que c'est difficile à raconter. J'ai grandi dans ma noble famille, seule fille parmi trois frères et deux sœurs à ressentir cet appel, la Chanson de l'Épée. Père comprenait, car lui aussi avait ressenti cet appel. Il était devenu un maître, et un Anseï, bien avant de fonder notre famille. À onze ans, j'entrai dans le Palais des Vertus de la Guerre pour rejoindre les Sœurs de l'épée spirituelle. Mon groupe comptait six jeunes filles : l'audacieuse Julia, la solide Patia, la grande Kati, la svelte Cégila, la sage Zell, et moi-même – toutes ont péri aujourd'hui, à mon exception, et bientôt je les rejoindrai… je les rejoindrai dans les palais des dieux de la guerre inconnus.

Nous buvions ensemble, nous combattions, nous pleurions, nous grandissions dans la voie de l'épée. Nous rejoignîmes bientôt les apprentissages de nos Frères de la lame. Apprenant les uns des autres, nous écoutions tous les paroles du maître du palais, pour tenter de sonder les profondeurs de la Shéhaï – pour faire de la lame spirituelle une véritable arme, comme Frandar Hundig l'avait fait. Quelques-uns seulement possédaient la pureté de cœur et la vertu nécessaires à franchir ce pas, pour apprendre les mystères des Anseïs. Les saints de l'épée.

Par hasard, de tous les Frères et Sœurs, moi seule possédais les qualités uniques, la faible mais décisive étincelle de magie permettant d'évoquer la Shéhaï. Souvent je l'appelai, rarement devint-elle assez substantielle pour servir d'arme. Pour être une Anseï de premier niveau, il suffit de pouvoir l'évoquer, et cela, j'en étais capable. Aussi devins-je la première Anseï de notre Palais en deux générations.

Oh, j'ai tant à raconter, tant de souvenirs, tant de trésors à partager avec vous, mes compagnons inconnus. Par où commencer ?

Hmmm, la douleur continue de rôder, affamée, elle dévore peu à peu tout ce qu'il reste de moi. Je devrais parler de cette dernière bataille, celle qui m'a menée ici, puis s'il m'en reste la volonté, je vous raconterai ma vie, et vous parlerai de mon amour, Raliph. Oh, quel homme c'était… Quelle vie nous avons eue… pardonnez-moi, mon esprit bat déjà la campagne… laissez-moi le ramener à la dernière bataille.

Hmmm, pour commencer, mmmmh, au milieu. Oui. Nous autres Sœurs grandîmes, apprîmes et maîtrisâmes la Voie en achevant l'Errance. Pour vous qui n'êtes pas Chanteurs, c'est un parcours à suivre dans la nature, qui imite l'époque de Frandar Hunding, où nous errons tous pour redresser les torts, terrasser des monstres, mener des quêtes au nom de la vertu. Certains dans notre Palais prirent des années pour achever les leurs. Le danger est partout – mes cinq Sœurs et moi-même en revînmes toutes, mais tant d'autres n'eurent pas cette chance.

Nous retournâmes, chacune à notre vie, pour nous retrouver une fois par semaine dans le palais, et raconter nos histoires aux nouveaux Frères et Sœurs, et pour servir d'instructeurs de la Voie de l'épée. Tout allait pour le mieux, jusqu'au soir du festival de mi-l'an.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard