FANDOM


(Chant traditionnel)

Femmes, 1er couplet :

Chaque hivernale saison,

Sauf que de la raison

D'une guerre ou conflit

(Vraiment, quel ennui !),

La reine de Rimmen et son prince consort

Invitent leurs vassaux en leur château fort.

Et toujours à chaque bal,

Le premier homme dans la salle

Est le seigneur Ogin Jornibret de Gaer,

Fléau des jeunes filles célibataires.

Femmes, refrain :

Oh, braves dames, méfiance,

Très chères, surtout, nulle confiance.

Même s'il est bel et malin,

Si jamais prenez sa main,

Le méchant sort tombera comme une pierre

Et votre première danse avec lui sera la dernière.

Hommes, 1er couplet :

Les personnalités invitées

En cette somptueuse soirée

Connaissent les convenances

Et les pas de toutes les danses.

La reine de Rimmen et son prince consort

Font vite donner la trompe d'or

Et, sans la moindre indécision,

Tous les fêtards prennent position.

Pour la première danse, hommes et femmes séparés,

Mesdames, restez loin du seigneur Jornibret.

Hommes, refrain :

Oh, chers amis, expliquez-leur,

Frères, surtout, dites-leur :

Il a toujours brisé les cœurs,

Laissant les belles derrière lui en pleurs.

Comment se peut-il qu'il en soit fier,

Que leur première danse avec lui soit la dernière.

Femmes, 2e couplet :

Le seigneur Ogin Jornibret de Gaer

Observe les dames qui dansent, altières.

« Les plus belles de la contrée »,

Lui dit un étrange homme masqué.

« La reine de Rimmen et son prince consort

Nous ont trouvé bien des trésors.

Laquelle a votre préférence ? »

Et Jornibret de répondre : « Elle, par chance.

Voyez comme à la musique elle se donne,

Parfaite pour que je la séduise et l'abandonne. »

Femmes, refrain

Hommes, 2e couplet :

L'homme au masque de cerf

Quitte le seigneur de Gaer

Avant la fin du morceau.

Mais déjà, la trompe annonce bien haut

Que la reine de Rimmen et son prince consort

En appellent désormais aux hommes forts.

N'ayant que dédain pour celles qui attendent sur le seuil

Ogin approche de l'élue qui a attiré son œil.

Puis se ravise, d'un air revêche,

Pour une mignonne au teint de pêche.

Hommes, refrain

Femmes, 3e couplet :

Aux premières notes de clavecin,

La belle inconsciente prend sa main.

Elle le complimente sur son port et son âge,

Dansant pour célébrer le mariage

De la reine de Rimmen et de son prince consort.

Mais qu'il est ardu de laisser parler son corps

Avec grâce, sans trébucher ni tomber,

Alors que l'on est dans ses atours engoncé,

Et de suivre la cadence du tuba

Sans faire le moindre faux pas.

Femmes, refrain

Hommes, 3e couplet :

Les musiques s'enchaînent

Et les danseurs se déchaînent

Avec grâce, bonheur et précision,

Jornibret s'attirant même l'admiration

De la reine de Rimmen et de son prince consort.

Tel un fier navire arrivant à bon port,

Il tourbillonne, la mèche rebelle.

« Il se fait tard », murmure la belle,

« Mais je n'ai jamais connu pareil cavalier. »

Quel dommage qu'il doive la blesser !

Hommes, refrain

Femmes, 4e couplet :

Alors que le rythme devient furieux

Jornibret se sent soudain curieux.

D'où donc venait sa partenaire ?

« Avant que soit demandé ce si bel air

Par la reine de Rimmen et son prince consort,

Je ne vous avais point vue, boucles d'or. »

« Ma robe avait un accroc, en somme »,

Dit-elle d'une voix grave comme un homme,

« Elle a été reprisée par ma couturière,

Tandis que je me cachais derrière un masque de cerf. »

Femmes, refrain

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard