FANDOM


Le chant du Shezarr de Cyrodil

Ce que Shezarr décrivit aux divinités était pour eux une chose nouvelle : devenir père et mère, être responsables, et faire des sacrifices sans garantie de succès. Mais Shezzar leur parla sagement et les guida au-delà des mystères et des larmes. Ainsi les Aedra engendrèrent-ils le monde, les bêtes et les êtres, créant ces choses à partir d'eux-mêmes. Ces naissances furent cependant douloureuses et privèrent les Aedra de la jeunesse, de la force et de la puissance qui étaient leurs depuis le début des temps.

Certains furent déçus et amers d'avoir perdu une partie d'eux-mêmes. Ils en voulurent à Shezarr ainsi qu'à l'ensemble de la création, car ils estimaient avoir été dupés. Ces Aedra, dieux des Aldmers menés par Auri-El, furent écœurées par leur faiblesse nouvelle et par ce qu'ils avaient créé : « Tout est corrompu aujourd'hui et pour l'éternité. Le moins que nous puissions faire est d'enseigner aux Elfes à souffrir avec noblesse et dignité, nous châtier nous-mêmes pour notre folie, et nous venger de Shezarr et de ses alliés. » Ainsi sont les divinités des Elfes, sombres et aigries. Et ainsi sont les Elfes, toujours insatisfaits, fiers et stoïques malgré les difficultés de ce monde cruel et indifférent.

À l'inverse, d'autres Aedra furent satisfaits de leur création. Ces dieux des humains et des hommes-bêtes, menés par Akatosh, louaient et chérissaient les races mortelles : « Nous avons souffert et nous sommes affaiblis pour l'éternité, mais le monde que nous avons engendré est glorieux, et il emplit nos âmes et nos cœurs d'espoir. Enseignons à ces mortels à vivre bien, à chérir la beauté et l'honneur, à s'aimer les uns les autres comme nous les aimons. » Ainsi sont les divinités des hommes, tendres et patientes. Et ainsi sont les humains et les hommes-bêtes, courageux dans la joie et la souffrance, avides de sagesse et d'un monde meilleur.

Mais quand les Seigneurs Daedra découvrirent l'œuvre de Shezarr, ils se moquèrent de lui et des autres Aedra : « Nous priver d'une partie de nous-mêmes ? Et la perdre à tout jamais ? Ridicule ! Vous le regretterez ! Nous sommes plus intelligents que vous. Nous créerons un monde nouveau sans rien sacrifier. Et nous ne le laisserons pas se jouer de nous, car nous le ferons en nous-mêmes. Il sera nôtre à tout jamais et nous le contrôlerons complètement. »

Alors les Seigneurs Daedra créèrent les Royaumes daedriques, ainsi que tous les Daedra inférieurs, grands ou petits. Pour l'essentiel, ils s'estimèrent satisfaits, car ils avaient toujours des adeptes, des serviteurs et des jouets à portée de main. Mais ils regardaient encore avec envie les royaumes mortels, car bien que leurs habitants fussent immondes, faibles et méprisables, leurs passions et leurs ambitions étaient beaucoup plus surprenantes et distrayantes que celles de leurs propres Daedra. Ils courtisèrent donc certains d'entre eux, surtout parmi les puissants et les passionnés. Il leur était en outre agréable de voler à Shezarr et aux Aedra les mortels les plus grands et les plus ambitieux : « Non seulement vous êtes assez stupides pour vous mutiler, ricanaient-ils, mais vous n'êtes même pas capables de garder vos meilleures créations qui préfèrent la gloire et la puissance des Seigneurs Daedra à la faiblesse vulgaire des Aedra. »

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard