FANDOM


Auteur anonymeModifier

Le jour suivant, il revint avec davantage de questions, bien spécifiques celles-ci. Il souhaitait en savoir plus long sur les vampires de la région orientale de Bordeciel. J'évoquai la plus puissante des tribus, les paranoïaques et sanguinaires Volkihar, dont le souffle même pouvait glacer le sang de leurs victimes dans leurs veines. Je lui expliquai comment ils vivaient sous les glaces de lacs isolés et hantés, ne s'aventurant jamais dans le monde des hommes, si ce n'était pour se nourrir.

Movarth Piquine m'écouta attentivement et m'interrogea jusqu'à son départ, au petit jour.

- Je ne reviendrai pas avant quelques jours, dit-il. Mais je reviendrai, et vous ferai savoir combien vos conseils m'auront été précieux.

Fidèle à sa parole, l'homme se présenta à la chapelle quatre jours plus tard, peu après minuit. Une balafre sur la joue, il arborait un sinistre sourire de satisfaction.

- Vos conseils m'ont été des plus utiles, dit-il. Mais vous devez savoir que les Volkihar ont un talent caché que vous aviez omis de mentionner. Ils peuvent passer à travers la glace de leur lac sans la briser. Ce fut une surprise pour le moins désagréable que d'avoir été subitement agrippé par une main, sortie de sous la glace.

- Remarquable, dis-je en riant. Et terrifiant. Vous avez de la chance d'avoir survécu.

- Je ne crois pas en la chance. Je crois en la connaissance et l'entraînement. Vos informations m'ont été d'une aide précieuse et mes talents au combat au corps à corps ont scellé le destin de ce suceur de sang. Je n'ai jamais placé ma confiance dans les armes, quelles qu'elles soient. Trop d'inconnues. Même le meilleur des forgerons peut créer une lame défectueuse. Mais j'ai foi en mes aptitudes. Je sais que je peux donner un millier de coups sans perdre l'équilibre, dans la mesure où je frappe le premier.

- Frapper le premier ? Murmurai-je. Il ne faut donc jamais que vous soyez surpris.

- C'est pourquoi je suis venu vous voir, répondit Movarth. Vous en savez plus que quiconque au sujet des différentes peuplades de ces monstres. A présent, parlez-moi des vampires du nord de Val-boisé.

Je m'exécutai et, à nouveau, ses questions mirent mes connaissances à rude épreuve. Il y avait de nombreuses tribus à aborder. Les Bonsamu, que l'on ne pouvait distinguer des Bosmer qu'à la lueur d'une bougie. Les Keerilth capables de se transformer en brume. Les Yekef, qui avalaient des hommes tout entiers. Les terrifiants Telboth s'attaquant aux enfants, pour prendre leur place au sein de leur famille, attendant patiemment leur heure pour en assassiner les membres et satisfaire leur monstrueux appétit.

Une nouvelle fois, il prit congé en promettant de revenir quelques semaines plus tard. Ce qu'il fit, une fois encore, en revenant juste après minuit. Cette fois, Movarth n'arborait aucune blessure, mais il avait de nouvelles informations à me transmettre.

- Vous vous mépreniez au sujet de l'incapacité des Keerilth à se vaporiser une fois jetés à l'eau, dit-il en posant une main amicale sur mon épaule. Heureusement, ils ne peuvent aller bien loin sous leur forme brumeuse, et j'ai pu suivre la trace de l'un d'eux.

- Cela a dû le surprendre terriblement. Vos connaissances pratiques deviennent impressionnantes, répondis-je. J'aurais aimé trouver un acolyte tel que vous, il y a de cela plusieurs dizaines d'années.

- A présent, parlez-moi, dit-il, des vampires de Cyrodiil.

Je lui comptais ce que j'en savais. Il n'existait qu'une seule tribu en Cyrodiil, un clan puissant qui avait chassé tous ses adversaires, d'une manière tout à fait similaire à la façon dont les Impériaux eux-mêmes procédaient. Leur véritable identité était inconnue, perdue dans les méandres de l'histoire, mais ils étaient experts en dissimulation. S'ils se nourrissaient régulièrement, il était impossible de les distinguer des personnes bien vivantes. Ils étaient cultivés, plus civilisés que les vampires des provinces, préférant se repaitre des victimes endormies et inconscientes de leur présence.

- Ils seront difficiles à surprendre, conclut Movarth en fronçant les sourcils. Mais je vais en traquer un, et je vous dirai ce que j'ai appris. Ensuite, vous me parlerez des vampires de Hauteroche, de Martelfell, d'Elsweyr, du marais noir, de Morrowind et de l'archipel du Couchant, d'accord ?

J'acquiesçais et je sus à cet instant que cet homme s'était lancé dans une quête sans fin. Il ne se satisferait jamais de vagues réponses. Il lui fallait tout savoir.

Il s'absenta un mois entier et, la nuit de son retour, je pus percevoir sa frustration et son désespoir, bien qu'aucune chandelle ne brûlât dans ma chapelle.

- J'ai échoué, me dit-il tandis que j'allumais une chandelle. Vous aviez raison. Je n'ai pas pu en trouver un seul.

J'approchai la lumière de mon visage et souris. Il fut surpris, stupéfait même, par la pâleur de mes traits, par la faim ténébreuse qui luisait dans mon regard sans âge, et par la vision de mes crocs. Oh oui, je crois que les crocs surprirent terriblement cet homme qui ne pouvait pas se permettre de l'être.

- Cela fait maintenant soixante-douze heures que je n'ai rien avalé, lui expliquai-je en fondant sur lui.



Il ne porta pas le premier coup… ni le dernier.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard